Pour toute la poussière du monde


     Ce projet commence avec une visite dans un musée. Le conservateur s’arrête au milieu de la visite, nous explique que si l’homme est si sensible à l’image c’est que la poussière dont il vient et à laquelle il retourne répond aux pixels et à la poussière d’argent des photographies qu’il croise.

     Ce projet continue avec une collection de radiographies, reste d’analogique, limites de corps inconnus. Les détails perdent les repères, reviennent à la poussière.

     Ce projet se termine dans les montagnes, à conquérir le ciel, poursuivre le vent, jouer à Icare et chercher ma place face à plus grand.

Powered by SmugMug Owner Log In