Le Champ des oiseaux


     Le mouvement moderniste en architecture a instauré une nouvelle façon de penser le bâti. Parmi les têtes d’affiches comme Le Corbusier, Gropius ou Wright se cache un homme moins connu du grand public : Marcel Lods. Il construisit la première Cité à Bagneux, les premières tours et premier Grand Ensemble à Drancy – avant son utilisation en camp par l’occupation – et une longue suite de réalisations allant de Paris à la Guinée. Il construisit les premiers bâtiments modulables en mur- rideaux avec Jean Prouvé, remit l’acier et le verre au goût du jour, le préfabriqué et chercha toujours plus à alléger la construction moderne, à améliorer la situation ouvrière sur les chantiers.

     Mais l’homme était traumatisé par la guerre, manipulateur, colérique, abuseur. Il s’est construit une identité de patriarche auratique des plus classiques. Il réussit somme toute mieux à élever des tours de quatorze étages que ses propres enfants.

     Cinq générations plus tard, alors que ses œuvres se font petit à petit détruire et réhabiliter, je les retrouve et les recense. De son premier bâtiment à sa tombe, je me mets en quête de l’autre tenant de l’arbre généalogique, je me plonge dans ses archives et questionne ceux qui l’ont connus. Sa vie comme ses réalisations permettent de questionner cette génération témoin de la fin de la modernité – et par extension, la nôtre et notre héritage.

     Ce projet se veut une anamnèse générationnelle, où l’architecture devient trace d’un vécu à penser. 

Powered by SmugMug Owner Log In