Guihon

     J’arrive à la fin du chemin, sors de la carte.

     Je me retourne, traverse le pont et remonte d’ahan le cours de la rivière.

     Mes pensées suivent mes pas, se perdent et errent au grès du fleuve. Pour chaque âme que je croise c’est la mienne que j’inspecte.

     Je sors des bosquets, traverse le sable. Un ciel d’oubli s’ouvre à mes yeux.

     Le jardin d’Eden où je suis semble tenir face à l’asphalte, sur l’autre rive, il envahit le regard.

     Le souvenir de biches entraperçues quelques heures plus tôt me revient, apparition irréelle au coeur même d’une capitale européenne.

     La complainte d’un batracien me sort de mon songe.

     A l’extrémité de la digue, des hommes contemplent les reflets de l’eau.

     Je prolonge mon errance.

Powered by SmugMug Owner Log In